Message du président de l'Association, paru dans le rapport d'activité 2014

Les séjours de rupture - Un pas supplémentaire

Depuis quelques années, le besoin de pouvoir proposer une démarche alternative à nos foyers se fait sentir de plus en plus intensément, par une approche notamment plus courte, plus modulable et différente de l’hébergement traditionnel. Dès le début de son histoire, La Fontanelle a complété ses activités en foyer par des camps itinérants au cœur de la nature et de réels bénéfices ont rapidement été observés.

 

En effet, sortir de la routine, être confronté à l’inconnu et faire confiance à l’adulte engage le jeune à affronter ses peurs, à remplacer la résistance par de l’engagement et de la responsabilisation, et à faire appel à de nouvelles ressources pour faire face aux épreuves qui se présentent. Cette approche pédagogique a donc été pratiquée durant des années avec les filles et garçons accueillis dans ses deux foyers.

À partir de 2011, nous l’avons proposée comme une offre indépendante du programme des foyers et six expéditions de plus d’un mois sont venues compléter notre expertise pour nous permettre d’affiner encore cette prise en charge. Nous avons par exemple constaté que certains critères créent de la résistance auprès de certains jeunes, par exemple la durée et la distance. Forts de ces constats, le pourtour d’un programme plus complet a été dessiné en 2014 et La Fontanelle a été en mesure de lancer dès 2015 un projet pilote de séjours de rupture sur trois ans ; il propose sept expéditions par année, toutes différentes en termes de durées, d’activités et de lieux. Certains aspects, comme l’élément crucial de la sécurité, ont requis une attention particulière. Toutes nos procédures en la matière ont ainsi été revues et des formations spécifiques ont été mises en place pour les intervenants éducatifs.

Pour le prix journalier également, facturé aux cantons au même tarif que celui des foyers, le défi était de taille, car ces séjours ne bénéficient pas d’une subvention fédérale comme c’est le cas pour les foyers. Ce manque à gagner est compensé par la générosité de fondations et de donateurs qui soutiennent certains aspects des projets ou des éléments particuliers. Sans eux, ce programme n’aurait pas vu le jour et nous leur exprimons notre profonde gratitude.

Nicolas Mettan, président

Retour aux articles