Idées noires, accablement, déprime, coup de blues … Souvent passagers, ces comportements peuvent aussi exprimer un mal-être profond chez des jeunes plus fragiles et conduire à la dépression. Des difficultés scolaires, des relations conflictuelles ou une rupture amoureuse sont parfois les déclencheurs de conduites à risque comme la pratique de jeux dangereux, l’usage de drogues, la consommation excessive d’alcool, l’automutilation, voire la tentative de suicide. Dans l’urgence, on a recours à la médication pour contrôler la situation, cependant, il s’agit de ne pas sous-estimer la souffrance exprimée. Quelle alternative thérapeutique proposer?

La thérapie brève est une des approches adoptée pour soulager ce mal de vivre manifesté par certains adolescents. D’ordre psychologique, elle vise à obtenir des résultats sur une très courte période. Il en existe différentes variantes, la thérapie brève psychanalytique, les thérapies comportementales qui incluent la programmation neurolinguistique, les thérapies dites humanistes avec la thérapie brève centrée sur la solution. Il y a aussi les thérapies familiales ou systémique parmi lesquelles on trouve l’hypnose ericksonienne et la thérapie brève système et stratégique, qui s’inspire du mouvement Palo Alto né en Californie dans les années 1950.

En Europe, la thérapie brève systémique et stratégique s’est développée en partie grâce aux travaux de Jean-Jacques Wittezaele. Elle prend en considération la logique relationnelle, soit les échanges d’informations entre individus, et met en évidence son influence sur le comportement humain et sur la construction de son psychisme. Cette approche s’intéresse donc aux interactions que la personne entretient avec elle-même, avec les autres et avec le monde en général. Elle cherche à briser le cercle vicieux qui provoque de la souffrance lorsque l’ensemble interactionnel génère un déséquilibre. Elle répond à des problèmes très variés, qu’ils soient d’ordre personnel, relationnel ou familial.

Jean-Jacques Wittezaele résume le sujet en disant: « le problème, c’est la solution » ; il promet cependant de nous en dire davantage lors de la conférence qu’il donnera pour les trente ans de La Fontanelle.

 

Participer à la conférence "La logique relationnelle qui conduit à l’impasse, aux comportements insensés, voire à la maladie" le jeudi 28 septembre 2017

La fontanelle participez

 

Retrouvez cet article dans la version PDF du journal et inscrivez-vous à notre formulaire si vous souhaitez recevoir gratuitement chez vous sa version papier.

 

Retour aux articles