Quelle image ou quel mot te vient à l’esprit à l’évocation de La Fontanelle ?
Mot: Sécurité Image: un soleil, parce que je m’y sens bien, je me sens vivante, importante.


Qu’attends-tu de ton placement ?
Trouver des réponses sur moi et sur la vie. Je voulais aussi comprendre l’humain. J’ai trouvé des réponses, j’ai les ressources comme vous me dites, c’est à moi de les activer. De me poser les bonnes questions, car souvent je dévie et du coup je choisis les mauvaises réponses. Souvent je choisis la facilité et c’est moi qui y perds.

Que changerais-tu si tu avais une baguette magique ?
Rien. Les moments où ce n’était pas facile, j’aurais aimé mettre tout ce que j’ai appris en action pour pouvoir aller mieux, mais en fait je me sens bloquée et n’arrive pas à sortir la tête de l’eau. Je n’arrive pas à activer mes ressources, je me sens impuissante

Quelle est ton activité préférée ici et raconte pourquoi cela te plait ?
Le jardin, parce que déjà on est dehors, on voit vraiment un résultat, c’est trop satisfaisant, on mange les trucs qu’on a fait grandir… Tu es vraiment en lien avec la vie. J’aime trop me comparer à une petite plante, au début tu mets ta petite graine, tu en prends soin, et ça pousse…

Quelle pièce ou quel lieu préfères-tu dans le foyer et qu’y trouves-tu ?
Ma chambre, j’étais tellement dans ma chambre, parce que je l’avais aménagée… j’y ai mis toute ma vie quoi ! C’était mon lieu, c’était à moi, quand j’avais besoin de tranquillité j’y allais et j’étais bien.

Donne au moins un avantage et un inconvénient d’être dans un foyer que pour filles
Avantage: tu n’as pas toutes les histoires de drague, tu peux te concentrer sur toi-même, les filles on est beaucoup dans le paraître, s’il y avait des gars on n’arriverait pas à se concentrer sur soi.
En revanche, la mixité aurait permis de se confronter à la réalité de ce qu’est un garçon. On a une image assez péjorative des mecs, genre ils sont durs, ils ne montrent pas leurs sentiments, et on aurait pu casser cette image et les rencontrer pour qui ils sont vraiment. On aurait pu partager, leur faire connaître des choses de nous, et eux de leur côté nous faire savoir


Préfères-tu la période au camp ou au foyer et pourquoi ?
Les camps ! Parce que tu es coupée de tout, tu es tout le temps avec les mêmes personnes, tu vis des choses authentiques, tu es connectée à toi-même et traverses des choses difficiles que tu pensais ne jamais arriver à faire et en fait tu les traverses., tu reprends tellement d’estime de toi ! On fait des voyages de ouf ! Moi j’aime trop les cadres de photos aussi, durant le camp on vit des moments trop difficiles, mais après on regarde les photos et il ne nous reste plus que les moments positifs. Moi j’aime trop les camps.
Le foyer c’est aussi bien, tu reprends un rythme, tu as des tâches à faire, tu dois aller aux groupes, tu dois t’adapter aux différents éducateurs, tu apprends que la vie c’est pas que du fun et c’est important aussi. Mais par contre, je trouve qu’on n’est pas assez dehors.


Quelle est la place de ta famille dans ta vie ?
C’est important, c’est ma raison d’être, ce sont les seuls qui seront là toute leur vie. Je sais que leur amour est inconditionnel, que je pourrai compter sur eux toute ma vie… C’est trop fort comme lien, mais ça peut être destructeur aussi : quand c’est trop proche, ça pète. Avec ma mère disons. Pas avec ma sœur et mon père, mais ma mère est celle dont je suis le plus proche, je vis avec elle.
J’ai tellement besoin d’être seule, et en même temps j’ai besoin des relations. Mais j’ai trop besoin d’avoir mes trucs à moi. Je me ressource dans la solitude, j’apprends plus en fait.


Quelle image ou quel mot te vient à l’esprit lorsque tu penses à ta famille ou parent ?
La reconnaissance et de l’admiration. Parce que si je regarde toute la situation qui s’est passé avec ma mère, je pourrais penser qu’elle me déteste et qu’elle me met de côté. Mais en fait quand je prends du recul, je vois toute l’énergie qu’elle met pour que j’aille mieux, donner sa vie pour quelqu’un, c’est incroyable. Elle n’a pas toujours la bonne manière avec moi, mais je vois que c’est ce qu’elle fait.


Où te projettes-tu dans 10 ans ?
Bien. Je me projette dans la nature, je ne me vois pas dans une ville, en tous cas pas à Genève. Je me vois dans un vie stable, mais mouvementée… Stable : je sais ce que je fais demain, j’ai un planning, mais mouvementée parce que je vois des gens, je fais des choses différentes, j’ai des projets. Peut-être j’aurai une maison, mais j’aimerais avoir un bus aussi pour pouvoir bouger. Un chien, c’est sûr, je voudrais un chien…