Lorsque nous faisons leur connaissance, les jeunes ont le cœur à vif.

Leurs comportements, violents, insolents ou apathiques masquent à maintes reprises un état émotionnel plus insidieux : le découragement. On dit que derrière la colère se cache fréquemment la peur. De même, les comportements des adolescent·e·s en difficulté dissimulent souvent leur abattement.

Natif du Valais et habitant de St-Maurice, j’ai donné plusieurs années de ma vie à la politique communale et cantonale.

Je considérais alors que La Fontanelle était une institution valaisanne pour les Valaisan·ne·s. Or, j’ai réalisé en intégrant le comité de l’association combien son histoire et son identité dépassaient ces frontières. Son fondateur venait de la côte vaudoise, les deux directeurs qui lui ont succédé de Genève, et une membre de la direction de Neuchâtel.

Foyer garçons, Mex.

Les garçons accueillis à La Fontanelle ont globalement bien tiré profit de leur placement en 2020. Une bonne dynamique de groupe s’est installée et dix-sept jeunes ont pu être admis durant l’année. Des comportements d’opposition ont bien sûr dû être gérés, cependant, au fil de leurs expériences, nous avons observé un développement de leur capacité d’autonomie et un changement de leur perception d’eux-mêmes, de leur entourage et de leur problématique.

Foyer des filles, Vérossaz.

Assez stable en début 2020, la situation s’est détériorée dès le mois de mars au foyer de Vérossaz, où les filles ont particulièrement mal vécu les restrictions imposées par la Covid-19. Plusieurs adolescentes ont refusé de rester confinées sur le lieu de placement et ont incité les autres à se rebeller. Frasques et fugues se sont succédé, laissant parfois un noyau restreint de résidentes ébranlées et désécurisées.

Aventure/plus et Programme Oxygène.

L’accompagnement hors murs a dû se réinventer dans un contexte de fermeture des frontières et d’interdiction de se rassembler. À l’évidence, les mesures de confinement ont eu pour effet collatéral d’exacerber les problèmes préexistants dans les familles et un nombre important d’adolescentes et d’adolescents en souffrance ont eu besoin de soutien.

Soutien à la parentalité.

Avoir la sensation d’être dépassé, ne plus savoir comment aborder son enfant qui semble muré dans un silence assourdissant, se sentir impuissant face à ses colères, son opposition sont autant d’émotions qui assaillent de nombreux parents d’adolescent·e·s et peuvent les amener au burn-out parental. Sensible à cette détresse, La Fontanelle propose depuis quelques années déjà un appui aux pères et aux mères des jeunes qu’elle accompagne.